Jon Bernthal en Interview par Variety (25.11.17)

Remote Controlled” est un Podcast de Variety mettant en avant le meilleur et le plus brillant de la télévision, à la fois devant et derrière la caméra. Dans l’épisode de cette semaine, le rédacteur en chef Debra Birnbaum et le journaliste Daniel Holloway discutent avec Jon Bernthal, la star de “The Punisher” de Netflix. Jon explique pourquoi il a signé pour le rôle, pourquoi il s’est battu pour Frank Castle et ce qui l’inquiète le plus. Il admet qu’il a résisté à l’idée de jouer le personnage. “Candide, faire partie d’une franchise de super-héros n’était pas quelque chose pour lequel j’avais vraiment une ambition. Ce n’était pas vraiment sur mon radar” explique-t-il. “Beaucoup de gens que j’admire vraiment, des acteurs que je regarde vraiment, ont évité toute cette histoire“. Mais quand le projet a attiré son attention, il a en appris davantage sur “The Punisher” et il était convaincu. “Il n’avait pas de super pouvoirs. Il n’avait pas de masque”, dit-il. “Il était un père et un mari endeuillé qui était sous le choc de cet évènement incroyablement traumatisant. Il avait quelque chose à propos de ça qui m’a effrayé et m’a laissé intrigué“.

Le personnage a d’abord été introduit dans “Daredevil” et l’expérience de travailler sur cette série l’a convaincu qu’il avait pris la bonne décision. “Voyant la liberté et le temps que Charlix Cox a donné, dans le permier épisode, il livre ce monologue. Il a tellement de patience. Vous ne voyez pas grand chose à la télévision et surtout dans ce genre. Il se donne le temps de respirer et vous savez qui est ce gars. Et puis j’ai vu Vincent D’Onofrio faire son truc. C’est un monde dans lequel je veux jouer“. Que le rôle soit aussi un conte d’origine lui a plus et l’a terrifié. “J’essaie toujours de graviter dans des trucs qui me font peur. J’aime ma femme et mes enfants plus que moi-même. Je donnerais volontier ma vie pour eux. Jusqu’à ce que vous compreniez l’amour comme ça, vouis pouvez comprendre ce que ce serait de le perdre. Juste ce noyau d’une idée, ça m’a fait peur“. C’est pourquoi il s’est battu pour Frank Castle, embrassant sa violence. “Je ne suis pas interessé à le rendre sympathique. S’il y avait des allers et retours avec moi, avec les pouvoirs, c’est là que réside le noeud de tout argument. C’est un gars qui vit dans l’obscurité. Il n’essaie pas de gagner la confiance des gens“. Mais il s’inquiète de la réaction des fans des comics, étant donné leur passion pour le personnage, et son expérience à lui sur “The Walking Dead“. “Je suis devenu tourmenté par l’inquiétude des gens à ce sujet. Il y a quelque chose de fort dans le fait de lire les comics. le public doit infuser et remplir les pauses entre les légendes dans leur propre imagination. Il y a un réel sentiment d’appartance. Vous devez honorer ce sentiment de propriété. Tu ne peux pas te tromper“.

Source : Variety (vous pouvez écouter l’interview) / Traduction : Moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *